Le blog de tulle et redingote

Donner du sens à vos animations d'équipes et à vos ateliers – coaching d'équipes


Poster un commentaire

Mieux travailler ensemble grâce au jazz

« Improviser, c’est jouer au-delà de ce qu’on sait » (Miles Davis)
Le jazz, un modèle pour l'entreprise

© Fotolia

1. L’improvisation dans le jazz

Le musicien de jazz raconte une histoire qu’il crée en direct, à partir de propositions des autres musiciens (accords, rythmes ou même simplement quelques notes), en s’appuyant sur les ressources musicales dont il s’est nourri.

Bien entendu, pour transmettre ce qu’il a en tête, le musicien doit avoir les connaissances techniques nécessaires car l’improvisation doit respecter certaines règles  (cadrage rythmique, harmonie …), ce qui lui permet d’optimiser sa capacité à gérer l’imprévu. 

2. Pourquoi ça marche ?…

La confiance, l’empathie et la réactivité

Les musiciens d’un groupe de jazz dialoguent et se renvoient la balle constamment, en toute confiance.
Chacun se met au diapason du groupe ; il perçoit l’attente de l’autre, entre en résonance avec lui, se saisit de la phrase proposée et la développe spontanément en lui donnant une nouvelle orientation, de nouvelles couleurs.

–  Un état d’esprit positif

Quelque soit le cas de figure, si incertain ou si risqué soit-il, les musiciens de jazz trouvent une solution créative et l’explorent.
Pour eux, l’imprévu est source de progrès, d’innovation.

Pas d’ego donc dans un orchestre de jazz, chaque musicien investit son potentiel créatif dans le projet commun selon son identité artistique propre et ses compétences techniques.

 

3. … et dans l’entreprise ?

Dans un environnement complexe où l’imprévu devient le quotidien, l’entreprise explore de nouvelles voies pour rendre ses équipes plus adaptables, plus réactives, plus impliquées … en un mot, plus « agiles ».

Pour répondre à la complexité et à l’imprévu, certaines entreprises misent sur la synergie collective, en partant du principe que la compétence d’une équipe est supérieure à celle de chacun de ses membres.
En quoi la dynamique d’un groupe de jazz peut-elle être source d’enseignement pour l’entreprise ? Reprenons ses ingrédients essentiels et appliquons-les à l’entreprise :

la confiance : se sentir libre d’apporter sa contribution à l’équipe sans crainte d’être jugé.
l’empathie : se mettre en phase avec les autres membres de l’équipe, les écouter avec bienveillance et s’ouvrir aux idées proposées.
la réactivité : ainsi stimulé, devenir à son tour force de proposition.
un état d’esprit positif : explorer ensemble le champ des possibles afin de découvrir de nouvelles opportunités et oser la prise de risques.

Vous pensez que vos équipes peuvent s’inspirer du jazz pour mieux travailler ensemble ….,
alors, faites-les participer à l’atelier participatif de Tulle et Redingote : « une équipe qui swingue »

Nombre de participants : à partir de 10 personnes
Durée de l’atelier : 1H30 – 2H
Intervenants : un trio de jazz (un pianiste, un batteur, un contrebassiste).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités


Poster un commentaire

Les Hommes, moteur du changement

dreamstime_xs_35973128 Lancer le changement sans y associer les collaborateurs concernés risque de voir le projet s’enliser.
Des résistances se mettent en place :

  • « C’est trop compliqué ! « 
  • « C’est trop cher ! « 
  • « ça a déjà été fait et ça n’a pas marché ! « 

Pour mener à terme le processus de transformation, il est indispensable de donner aux collaborateurs impactés la possibilité d’exprimer leurs inquiétudes, de les « intéresser » à l’évolution en cours, de leur permettre d’être une force de proposition entendue et prise en compte.

Notre démarche au sein de l’atelier : « l’arbre du changement »

Cette animation s’inspire de la technique du world café et de la fresque collective : brainstorming avec brassage des participants de table en table pour donner le maximum « d’oxygène » aux idées, puis … réalisation de l’arbre du changement : les idées exprimées se formulent en mots, puis en phrases qui viennent s’inscrire sur l’arbre du changement. L’arbre s’étoffe de propositions partagées par tous, ayant émergé grâce à cet espace laissé à l’expression des émotions et des idées.

Une étape est franchie …


Poster un commentaire

Le chef d’orchestre, un manager ?…

Le manager chef d'orchestreLa métaphore du chef d’orchestre est souvent évoquée pour illustrer le rôle du manager.
Leurs missions présentent en effet certaines analogies.
Ils doivent harmoniser les talents individuels, transmettre leur vision et amener chacun à donner le meilleur de lui-même.

  • Harmoniser les talents individuels :

Que ce soit au sein de l’orchestre ou de l’équipe, chacun joue un rôle / une partition différente.
Pour autant, manager et chef d’orchestre doivent rendre l’ensemble cohérent en précisant et coordonnant les interventions de chacun.
Le groupe a besoin d’un leader pour échapper à la cacophonie.

  • Transmettre leur vision :

L’un comme l’autre, ils doivent expliquer clairement ce qui va être fait collectivement, donner une direction.
Au-delà du tempo, par les gestes, le regard, l’attitude générale, le chef d’orchestre communique une certaine image du projet musical.
Le manager doit communiquer, « faire savoir » aux membres de son équipe pour valoriser le projet.

  • Donner le meilleur :

Pour conduire l’équipe / l’orchestre vers l’excellence, manager et chef d’orchestre doivent :
• instaurer la confiance,
• favoriser l’écoute et le partage,
responsabiliser et mobiliser autour du projet,
… ils doivent adopter une posture managériale.
La direction à la baguette fait place au management collaboratif.

Notre démarche au sein de l’atelier « le manager chef d’orchestre » :

Après une rapide sensibilisation à la direction et l’exécution musicales, les participants sont plongés dans l’univers de l’orchestre et deviennent tour à tour musiciens et chefs d’orchestre. Ils découvrent et développent leur style de leadership.